Un vice originel : le cahier des charges du GIEC

Le GIEC (Groupe Intergouvernemental d’Etudes sur le Climat) a été créé en 1998 à la demande du G7, par une agence de l’Onu et de l’Organisation mondiale de la météorologie.  Son mandat est défini ainsi :

 « …évaluer, sans parti-pris et de façon méthodique, claire et objective, les informations d’ordre scientifique, technique et socio-économique qui nous sont nécessaires pour mieux comprendre les risques liés au changement climatique d’origine humaine, cerner plus précisément les conséquences possibles de ce changement et envisager d’éventuelles stratégies d’adaptation et d’atténuation ».[1]

Le GIEC a donc pour mission de comprendre les risques liés au changement climatique d’origine humaine.

Il ne s’agit pas pour cette organisation de vérifier scientifiquement que l’homme est responsable du réchauffement climatique : ce fait a été posé dès 1988 comme un postulat, une donnée de base pour ses travaux futurs.

D’autre part, le GIEC n’est pas un centre de recherche et n’accomplit aucun travail scientifique propre : il compile les travaux publiés par les scientifiques (9200 publications pour son dernier rapport).

Ses rapports sont donc des « jugements d’experts » qui ont analysé les publications scientifiques choisies par eux parce qu’elles corroborent leur thèse de départ.

Car son cahier des charges l’amène naturellement à privilégier les travaux traitant des changements climatiques causés par l’homme, et à écarter ceux qui envisagent d’autres hypothèses et notamment les phénomènes naturels.

[1]              « ...to assess on a comprehensive, objective, open and transparent basis the scientific, technical and socio-economic information relevant to understanding the scientific basis of risk of human-induced climate change, its potential impacts and options for adaptation and mitigation » (http://www.ipcc.ch/organization/organization_history.shtml)

Lire la suite : la planète se réchauffe t-elle ?

Publicités

4 commentaires pour Un vice originel : le cahier des charges du GIEC

  1. serge541 dit :

    Il y a une erreur de date au premier &. Il faut écrire 1988 et non 1998.

  2. serge541 dit :

    En outre, vous mentionnez bien la traduction initiale de GIEC (Groupe Intergouvernemental d’étude sur le Climat et non Groupe Intergouvernemental d’Experts sur le Climat). Je suis ses travaux depuis le début et c’est bien sous ce nom (Experts) qu’il était connu au début. « Étude » est devenu « Experts », j’ai beau chercher sur le net, je n’arrive pas à trouver de quand date ce changement. Dans 99,99% des cas on retrouve « Experts » et lorsqu’on trouve « Étude » impossible de déterminer la date du changement. Je pense qu’il serait intéressant de trouver l’origine du changement sémantique.

    • Usbek dit :

      Je vais moi même essayer de voir quand et pourquoi s’est opéré ce glissement sémantique. A noter que la traduction française GIEC est assez éloigné de IPCC (International panel on climate change)
      Merci en tout cas de ces précions
      Voulez-vous recevoir notre lettre d’information ?
      (http://www.skyfall.fr/?p=2144#more-2144)
      Cordialement

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s